Rise Of Galaxy

Dix sept années ont passé depuis les évènements de la Revanche des Siths
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Quête d'une âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katlynn Greenlight


avatar

Féminin Messages : 948

Feuille de personnage
Âge: 28 Ans
Race: Humaine
Affiliation: Ordre Jedi - République Galactique

MessageSujet: La Quête d'une âme   Lun 20 Juil - 10:18



La pluie s'abattait drue sur cette région de la planète, réglée comme une horloge. Les gouttes s'écrasaient sans merci sur les façades de verre et d'acier, faisant cliqueter chaque mètre carré des immenses tours de Coruscant. Dans des cas plus rares leur cible était la pierre, froide, solide et éternelle comme cela était le cas pour l'imposant Temple Jedi qui se dressait au coeur de la ville-planète. Protégée par un auvent une silhouette solitaire était renfoncée près d'une porte bordant une terrasse et méditait, bercée par la pluie incessante. Son regard, d'un rare bleu cristallin, semblait perdue dans les méandres de visions qu'elle seule pouvait voir. Sa main caressait distraitement sa chevelure, amassée en une longue et épaisse natte passée par dessus son épaule gauche. Son visage de marbre semblait cependant soucieux comme pouvait en témoigner ses yeux légèrement étrécis. Sous son épais manteau marron on pouvait deviner une tunique beige, resserrée à la taille par une ceinture de cuir à laquelle pendait de nombreux outils basiques, tels qu'un comlink, une bourse contenant des crédits, des clés de sécurité et - plus rare - un sabre laser double.

La jeune femme soupira et resserra les pans de son vêtement autour d'elle. La pluie drue lui rappelait la guerre et les horreurs qu'elle y avait vu. Même si cela était derrière elle Katlynn ne pouvait s'empêcher de se remémorer les combats, les morts mais surtout la joie qu'elle avait pris à perpétrer une tradition de mort... Mais également l'effet qu'avait eu le Côté Obscur. Son appel de pouvoir, attirant, sensuel. Une libération loin des dogmes Jedi. Elle ne tirait par ailleurs aucune fierté d'y avoir échapper. Seule la compassion et la douleur de sa soeur d'arme agonisante lui avait permis de ne pas sombrer. Sans cela elle n'aurait été qu'un nouveau pion pour les Seigneurs Sith, tout puissant dirigeants de la Confédération des Systèmes Indépendants. Et dire qu'elle négociait avec eux... Mais aujourd'hui n'était pas là la question. Depuis quelques mois la jeune femme ressentait un besoin, qui s'infusait autant dans son esprit que dans son bas ventre. Comme tout être humain les instincts de la chevalier la poussait à perpétuer sa race et d'enseigner. Ce qui était formellement interdit par l'Ordre Jedi. Ainsi elle avait décider de faire son devoir - repoussé jusqu'à maintenant. Qui était de prendre un apprenti.

"Chevalier Greenlight ? Êtes vous prête ?"

La jeune femme se retourna et acquiesça, souriant au Maître qui se tenait devant elle.

"La majeure partie d'entre eux sont à peine prêts à devenir Padawan mais nos pertes nous ont poussé à reconsidérer certains aspects des tests. Cependant, l'une d'entre elle a déjà vécu l'apprentissage auprès d'un maître mais celui ci a péri au cours d'une bataille durant la guerre. Puisse t'il reposer en paix.
- Nous espérons tous vivre en paix un jour... Mais le lourd poids et nos responsabilités nous rattraperont toujours.
- Voilà qui est bien parlé Chevalier. Il m'arrive parfois de regretter de ne pas suivre la voie de nos Egarés. Mais la tentation de l'Obscur m'effraye alors.
-Il n'y a pas d'émotions, il y'a la paix Maître..."

Leur conversation les avait cependant mené jusqu'à la petite salle où attendaient, très certainement apeurés et stressés, les jeunes apprentis. La plupart n'étaient que des enfants, environ onze ou douze ans rarement plus, dont les traits tirés montraient la peur. Katlynn laissa la Force émaner d'elle et ressentir leurs états émotionnels. Aucun ne semblait lui correspondre. Sauf peut être... Bien plus grande que ceux l'environnant elle détonnait par ses habits noirs. La première pensée de Katlynn fut qu'Anakin Skywalker était de retour parmi eux. Mais cela n'en était aucunement le cas. Bien évidemment... Le traître était loin du centre galactique. Et l'aura de Force de l'apprentie n'était pas sombre mais triste. D'un doux bleu mélancolique - car Katlynn appréciait la Force par des nuances de couleur - et son regard semblait douloureux. Tout comme la Chevalier. N'hésitant pas une seconde elle s'approcha de la jeune femme et la toucha légèrement avec la Force.

"Bonjour mon enfant... Quel est ton nom ?"

Revenir en haut Aller en bas
http://riseofgalaxy.your-board.com
Akane Shin'ya




Féminin Messages : 132
Localisation : Coruscant / Tython / ailleurs

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Race: Humaine
Affiliation: Ordre Jedi

MessageSujet: Re: La Quête d'une âme   Lun 20 Juil - 16:37


Coruscant, voilà une Enclave qu'elle avait peu fréquentée en l'espace de quinze ans de vie au sein de l'Ordre Jedi. La planète était pourtant l'un des plus grands noyaux galactiques, l'un des plus grands mondes-métropoles entièrement tapissée ou presque d'une ville qui ne dort jamais, d'après la rumeur. Elle l'aimait moins que Tython en tout cas, dont la tranquillité lui manquait par moments, tout comme la fraîcheur et la pureté de son air extérieur. Mais la sauvage planète était pour le moment trop chargée de pesants et difficiles souvenirs, alors on l'avait transférée dans ce Temple pour sa convalescence et son hypothétique avenir. Isolée dans son coin tranquille de la petite salle, la jeune femme de dix-huit ans observait d'un regard distant et détaché les jeunes éventuels apprentis, tout juste sortis de l'Initiation, âgés entre onze et douze ans tout au plus pour l'écrasante majorité d'entre eux. Akane n'avait beau pas être très douée dans la perception plus subtile de la Force, telle que l'Empathie, elle lisait dans leurs regards clairs et juvéniles leur excitation, leur enthousiasme… leur naïveté et leur candeur si touchante. Ce n'est pas qu'elle n'aimait pas les plus jeunes membres de l'Ordre, ou même les enfants en règle générale, mais son désir à aider autrui d'ordinaire était quelque peu éteint depuis ces dernières longues semaines de convalescence physique et d'un rétablissement moral pas tout à fait achevé encore. Certains guérisseurs la pensaient suffisamment remise en état, elle savait que dans le fond il en était tout autrement, et elle doutait même que quelqu'un - voire quelque chose - soit vraiment capable de résorber la plaie de son âme et celle de son coeur. Son corps avait fini par se rétablir en effet avec l'aide du bacta - en dehors des quelques cicatrices zébrant son corps obtenues ce maudit jour - mais elle restait blessée.


"Qu'est-ce qu'on va faire de moi, hein ? Maître Sharr aurait sans doute voulu que je tourne la page… mais qui voudrait donc d'une ex-padawan brisée, quand il y a autant de jeunes aussi prometteurs qu'indemnes. Ne nous leurrons pas."


L'hypocrisie, elle détestait cela, et préférait rester réaliste quant à sa situation. Après tout, comme ses yeux bruns foncés observaient avec distance les plus jeunes présents dans la salle, personne ne savait ce qu'elle deviendrait. Elle n'était plus aussi "pure" qu'avant, dans la Force. Elle avait connu et éprouvé la guerre, elle avait vu des choses pas forcément reluisantes sur le champ de bataille, et surtout elle avait été incapable de garder son mentor et ami en vie. La frustration, à peine adoucie par la tristesse de ce décès, avait renforcé son coeur d'une armure de songsteel. Elle avait tué aussi, certains diraient par légitime défense, d'autres diraient sous l'effet de la colère voire de la rage… elle ne démentirait ni les uns, ni les autres. Elle ne niait aucunement le fait d'avoir frôlé très dangereusement le côté sombre sous l'effet du chagrin en voyant trépasser son Maître d'alors sous les renforts de mercenaires et mandaloriens, alliés surprise des forces de la confédération des systèmes indépendants. Avant d'être submergée par ses blessures, le nombre de ses assaillants, le contrecoup de ses émotions déchaînées, elle avait tué au moins l'un des meurtriers de son tuteur depuis plus de sept ans. Et aussi déplaisant cela soit-il pour certains instructeurs, elle n'en avait aucun regret. Les seuls regrets de cette occasion reposaient sur l'impossibilité de protéger son mentor, l'échec de la mission et le massacre de trop de vies amies au cours de cette boucherie. Si seulement elle avait pu réagir plus vite pour intercepter le coup… cet aspect était sans doute le pire échec de cette mission ayant viré au drame.

Alors oui, elle suivait les cours et autre leçons parmi les quelques Padawan et les Initiés au Temple de Coruscant, oui elle tâchait de s'accrocher aux principes et enseignements du Code Jedi, mais jamais ils n'étouffaient bien sa tristesse et la mélancolie qui menaçait de l'emporter toute entière. À quoi bon être supposément une bonne bretteuse, si on était incapable de protéger ceux auxquels on tient, de défendre nos alliés et d'empêcher un déluge de morts dans le lieu où on se trouvait ? Alors oui, détonnant autant par son âge - dix huit ans solides - que par ses habits aussi sombres que n'étaient clairs ceux des initiés et Padawan ou encore par l'intense solitude et mélancolie, limite dépression, qu'elle ressentait, Akane se sentait isolée vis à vis de ses pairs. Elle se sentait différente, ils ne pouvaient pas comprendre. Ce n'était pas une question de retrouver un Maître, pas seulement cela : c'était aussi une immense solitude, un vide profond dans son coeur qui restait en tant que cicatrice mentale d'un lien rompu par la mort. Elle n'avait rien pu faire pour lui, et c'était bien un des points qu'elle peinait encore à accepter : la mort, et l'impuissance. Ses longs cheveux raides d'un noir d'ébène avaient été laissés détachés, une tresse de Padawan à la symbolique désormais vide pendait d'un côté de son visage. Distraitement elle entendit deux voix en approche discuter non-loin : une femme humaine sans doute assez jeune, et une voix masculine d'un Maître qu'elle connaissait plus de vue qu'autre chose.

Perdue dans ses pensées, elle ne s'attarda pas sur ce constat, focalisée sur les souvenirs d'un temps révolu et d'une personne perdue à jamais, quoiqu'en dise le dernier verset du Code traditionnel Jedi. "Il n'y pas d'émotions, Il y a la paix. Il n'y a pas de mort, il y a la Force". Elle essayait nombre de fois de se rappeler ces sages affirmations, mais rien à faire son coeur et son âme refusaient de les écouter sans jamais avoir l'ombre d'un doute concernant la justesse de leurs affirmations, par rapport à sa situation actuelle. C'était bien les deux seuls points du Code sur lesquels elle butait depuis la mort de Maître Sharr, feu Jedi Nautolan. Elle n'arrivait pas à méditer correctement, comme elle ne trouvait jamais la paix avec ses émotions encore chamboulées par ce qu'elle avait vécu là-bas. Le dernier verset était assez flou et large en sens, ce qui n'aidait en rien à faire son deuil difficile. Elle avait appris différentes utilisations de la Force, mais certaines restaient toujours difficiles d'utilisation pour elle : même la télékinésie, elle pouvait encore l'améliorer… mais Akane avait toujours eu du mal à se concentrer suffisamment pour ce genre de choses là, ce qui la rendait peu attractive pour d'éventuels mentors… avant Maître Sharr. Son esprit était toujours en parti resté sur ce champ de bataille, qu'elle revoyait souvent en rêves cauchemardesques de trop nombreuses nuits… avec nombre de détails peu réjouissants, qui la rappelaient à son impuissance d'alors.


- Bonjour mon enfant... Quel est ton nom ?


La voix inattendue surprit quelque peu la jeune femme aux cheveux de nuit, bien qu'elle ne montra rien sur son visage toujours calme en apparence. Elle redressa son regard charbon vers là d'où provenait la voix, et ses yeux tombèrent sur une Chevalier - au vu de son âge apparent, c'est ce qu'elle estimait en tout cas - dont le visage lui était inconnu. Plutôt grande, bien qu'un peu plus petite qu'elle si la Padawan avait été debout, ses cheveux blonds répondaient à ses yeux au bleu clair, et ce qu'elle était en mesure de percevoir d'elle avec les Sens de Force laissaient pressentir une aura lumineuse et plutôt chaleureuse… comme souvent l'étaient celles des Jedi. La jeune femme aux cheveux aussi noirs que ses habits l'observa avec attention bien que ses traits restaient neutres et posés comme toujours depuis la perte de son mentor, mais elle ne tarda toutefois pas à lui répondre d'une voix calme, respectueuse mais prudente :


- Bonjour à vous aussi. Mon nom est Shin'ya, Akane Shin'ya.


Elle avait quelques doutes concernant la raison pour laquelle la Jedi - sans nul doute une Chevalier ou une jeune Maître, si ses estimations étaient correctes - lui adressait la parole. La diplomatie n'était pas vraiment son fort, et la Padawan n'était pas encore très loquace depuis la perte de Maître Sharr, mais elle était restée polie et concise en répondant clairement à la question qui lui avait été posée. Entendant presque douloureusement une leçon de tact de son ancien mentor, elle ajouta bientôt sans perdre de vue la Chevalier Jedi, ses traits aussi égaux que sa voix n'était posée :


- Puis-je vous aider de quelque manière que ce soit ?


Prudente et quand même relativement disciplinée après plus de seize ans au sein de l'Ordre Jedi, elle attendit avec une relative patience que la Jedi inconnue reprenne ou non la parole. Souvent, les gens méprenaient son manque de loquacité pour de l'impolitesse et de l'incorrection, alors que bien souvent ce n'était que franchise et une approche introvertie quelque peu présente depuis qu'on l'avait trouvée grièvement blessée ce jour-là, auprès du cadavre de son mentor et du corps - tué de sa main, celui-là - du mercenaire qui avait tué son Maître, et d'autres sans nul doute. Cela avait été une sombre et sanglante journée, qui avait mal fini pour eux. Toutefois, son serment et la volonté de l'honorer la poussaient à ne pas totalement décrépir dans son chagrin et sa mélancolie : elle avait promis à feu son mentor, sur son lit de mort, de devenir la Jedi qu'il espérait qu'elle devienne un jour. Elle avait juré en pensée de continuer la lutte contre les séparatistes et leurs alliés en particulier, et le combat contre les ennemis de l'Ordre Jedi tels que les Sith, les opposants à la paix galactique qui tuaient les innocents. Elle cherchait encore un but qui lui permettrait de comprendre pourquoi elle avait survécu, et pourquoi elle avait inconsciemment choisi de se tirer hors de sa longue inconscience… si tant est qu'on lui en laissait l'occasion. Mais ça, seule la Force le saurait… et pour le moment ce qui importait était cette mystérieuse interlocutrice, savoir ce qu'elle lui voulait concrètement… pourquoi elle lui avait adressé la parole et engagé la conversation avec la Padawan qui n'avait pu sauver son mentor.
Revenir en haut Aller en bas
Katlynn Greenlight


avatar

Féminin Messages : 948

Feuille de personnage
Âge: 28 Ans
Race: Humaine
Affiliation: Ordre Jedi - République Galactique

MessageSujet: Re: La Quête d'une âme   Lun 20 Juil - 17:25



La guerre est un fléau emportant dans ses sombres flots l'innocence, la candeur et la joie de vivre. Mais pour espérer la paix il faut parfois la guerre. Ainsi était l'ambivalence de ce chaos amenant l'ordre. A l'image de la Force et de ses deux obédiences le Côté Lumineux et son Obscur opposé. Et comme tout à chacun la vision, le vécu de ses apparitions et combattre pour ou contre laissent des traces. Douloureuses. Les savants appelaient cela le syndrome de stress post traumatique, les romantiques la douleur de l'âme. Il n'en restait qu'elle existait au plus profond de chacun. Elle était nécessaire à l'acceptation de nos actions. Pour certains l'oeuvre de tuer les bouleverser, pour d'autres c'était la perte d'êtres chers ou encore l'échec dans une mission. Les facteurs étaient variables et infinis. Katlynn avait vécu le désespoir, la chute morale qui accompagnait cette douleur presque physique ainsi que la culpabilité qui la rongeait. Aujourd'hui elle l'avait vaincue.

Et elle était parfaitement capable de reconnaître une âme en peine. Le regard éteint de la jeune femme laissait entrevoir un esprit rêveur, se remettant sans cesse en question. Et son aura était si faible que Katlynn aurait pu penser qu'elle n'était pas sensible à la Force. Mais bien souvent la douleur émotionnelle entraînait un renferment de ses talents cachés. Ainsi le plus grandiose des peintres abandonnaient ses toiles pour une simple querelle de coeur, le plus romantique des poètes n'osaient écrire un mot de plus des causes de la perte d'un être cher. Une profonde peine mais également de la compréhension envahit Katlynn qui sourit tendrement à la jeune femme qui lui faisait face. L'impertinence de sa question n'était qu'une bravade pour se défendre très certainement, pour ne pas laisser percer la douleur qui habitait l'apprentie. Délaissant totalement les autres apprentis - dont la déception commençait à se ressentir dans la Force - Katlynn s'assit en tailleur face à la jeune femme, ne la quittant pas du regard. Elle caressa son aura et laissa échapper une bouffé de tendresse et de chaleur d'un doux rouge orangé pour lui montrer l'attachement et la compréhension qu'elle lui vouait.

"Tu peux m'aider en effet. J'ai ressenti une terrible douleur en toi. La guerre t'a marqué... J'en suis navrée. La perte d'êtres proches est toujours quelque chose d'horrible, peu importe notre affiliation vis à vis de la Force..."

Une des principales différences entre le Côté Obscur et Lumineux était de la façon d'apprécier une perte. La douleur était la même. Mais alors que le Sith en puisait de colère, de la haine, de la peur et d'autres émotions négatives pour acquérir un funeste pouvoir pour se dépasser le Jedi, lui, préférait accepter la perte comme elle était. Il portait son deuil et ne chercher pas à étouffer la douleur mais à la comprendre. Des heures et parfois des journées de méditation étaient parfois nécessaires pour réussir. Mais la patience était une vertu.

"Vois tu Akane... Notre manta n'est pas quelque chose de facile à appréhender. Je ne le comprends parfois pas moi même. Cependant, il est une chose dont je suis sûr. Lorsque nous disons qu'il n'y a pas la mort, il y'a la Force cela est vrai. Les nôtres aujourd'hui disparus n'existent peut être plus en tant qu'êtres de chair et de sang mais ils sont toujours là, dans nos coeurs et nos esprits. Or nous sommes des avatars de la Force et avons la foi. A travers celle ci nous perpétuons notre mémoire. "


_________________


Merci à Marcus Whitestar pour la signature !

Cuisse de Nymphe - #FEE7F0 - Kat's Theme - Battle Theme
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofgalaxy.your-board.com
Akane Shin'ya




Féminin Messages : 132
Localisation : Coruscant / Tython / ailleurs

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Race: Humaine
Affiliation: Ordre Jedi

MessageSujet: Re: La Quête d'une âme   Mar 15 Sep - 0:15


La guerre est un fléau dont on ne se rend réellement compte de la portée destructrice que lorsqu'on la vit à proprement dit, sur le terrain même. Bien que les Holonews en portaient ici et là des nouvelles spartiates ou froides, et des informations au détail soigneusement sélectionné par tel ou tel reporter selon les affiliations des chaînes diffusées. Elle savait que certaines théories disaient que la guerre était nécessaire pour que la paix puisse être ce qu'elle était, et de toute manière le propre de toute espèce vivante et pensante, d'autant plus quand il y avait interactions entre différentes cultures et ethnies vivantes dans un même espace galactique. L'ombre et la lumière, le chaos et l'ordre, la passion et la sérénité, la mort et la vie, la violence et la paix… autant de contrastes similaires aux deux Codes des deux Ordres en opposition, les Sith et les Jedi, autant d'oppositions que plusieurs dogmes traditionnels jugeaient nécessaires pour que la Force puisse maintenant son équilibre essentiel entre son côté obscur et son côté clair. Personnellement, elle n'y portait guère plus d'attention. Tout ce qui l'intéressait, lui semblait pertinent, c'était que la guerre faisait des ravages impensables, des victimes innombrables, qu'elles soient simplement blessées ou bien tuées. C'était éprouver la douleur, la fatigue, la lassitude, le courage, la solidarité de ses alliés sur le champ de bataille, ressentir la mort de ses ennemis et le trépas de ses alliés dans un chaos tel dans la Force qu'on ne ressortait jamais indemne, au plus profond de soi de ces expériences. On en ressortait transformé, en bien comme en mal, et c'est ce qui pouvait distinguer un initié d'un padawan quand tout se passait bien… ne prenait pas une tournure dramatique comme dans son cas.

Que lui voulait donc cette femme ? Elle n'avait pas manqué normalement aux minima attendus niveau politesse et déférence par rapport aux supérieurs, sans enjoliver ses propos d'une horripilante hypocrisie comme quelques autres Padawan. Elle était comme une rose noire qui avait dressé ses épines après avoir été malmenée, elle n'aimait guère et n'étais pas très à l'aise avec le contact d'un esprit autre près du sien. Elle se sentait par réflexe agressée et instinctivement tendait à dresser ses défenses autant qu'il lui était possible à son modeste niveau de maîtrise subtile de la Force. Akane ne voulait pas se percevoir plus vulnérable encore qu'elle n'avait conscience d'être. Si elle cherchait un Padawan exemplaire, obéissant, idéal, elle pouvait passer son chemin, ce ne serait certainement pas en l'ex Padawan aux cheveux de nuit qu'elle trouverait ces qualités habituellement attendues des apprentis par les mentors potentiels. Toutefois, elle fut quelque peu prise de court par les ressentis qu'elle perçut émaner de l'autre présence : de la… tendresse ? De la chaleur ? Alors qu'avant ce jour, elles ne se connaissaient pas plus de vue que de nom ? Elle n'avait après tout jamais vu la Chevalier aux cheveux blonds sur Tython, et Akane elle-même ne s'était que peu rendue sur l'enclave de Coruscant. Elles étaient étrangères l'une à l'autre, différentes autant que la lumière de l'aube et la lumière tamisée, le clair-obscur d'un crépuscule. Shin'ya ne comprenait pas l'attachement et la compréhension que ressentait l'autre Jedi à son égard, c'était étrange et étranger… et pourtant ça lui parvenait, ça traversait ses propres défenses pour venir affecter son âme blessée derrière les murailles de duracier. Sa propre aura devait être d'un bleu de glace, frigide, poli et terni, décourageant habituellement toute personne de vouloir être proche d'elle depuis son retour du massacre.


"Tu peux m'aider en effet. J'ai ressenti une terrible douleur en toi. La guerre t'a marqué... J'en suis navrée. La perte d'êtres proches est toujours quelque chose d'horrible, peu importe notre affiliation vis à vis de la Force..."


Elle ne lui apprenait sur ce point, c'était une évidence même de savoir qu'elle souffrait, ça devait se ressentir à dix kilomètres à la ronde bien que cela lui déplaisait d'être aussi transparente, fragile présentement. Elle garda toutefois une attitude calme et neutre, acceptant d'écouter au moins ce qu'elle avait à lui dire, vu qu'elle s'attardait à ses côtés plus longtemps que les très rares et brèves conversations qu'elle avait pu avoir dernièrement avec des Chevaliers et des Maîtres… et même envers les Instructeurs de l'enclave de Coruscant ou des padawans… et des initiés. Elle avait juste envie souvent de leur dire de la laisser tranquille, qu'elle voulait être seule, respirer face à l'étau de chagrin, de souffrance et de deuil qui étouffaient son coeur et l'écrasaient toujours plus implacablement. Même pour les Sith ? Elle en doutait fortement, de la part de ces assassins qui ne suivaient que leurs passions et un chemin souvent très ombrageux et ensanglanté. Mais au fond… n'avait-elle pas agi pareillement sur le terrain, quand ses alliés et son mentor avaient été abattus par les mercenaires et mandaloriens alliés à la cause confédérée ? Elle parvint tant bien que mal à repousser dans les tréfonds de son esprit ce constat et ce souvenir dérangeants pour revenir au présent de la conversation, la Jedi poursuivant son propos :


"Vois tu Akane... Notre manta n'est pas quelque chose de facile à appréhender. Je ne le comprends parfois pas moi même. Cependant, il est une chose dont je suis sûre. Lorsque nous disons qu'il n'y a pas la mort, il y a la Force cela est vrai. Les nôtres aujourd'hui disparus n'existent peut être plus en tant qu'êtres de chair et de sang mais ils sont toujours là, dans notre coeur et notre esprit. Or nous sommes des avatars de la Force et avons la foi. A travers celle ci nous perpétuons notre mémoire. "


Oui, c'est ce qu'elle pensait aussi avant les faits. Ce qu'on lui avait inculqué enfant comme culture et comme enseignements, avant qu'elle ne se prenne en pleine figure la bourrasque de la réalité du terrain. Pourtant, elle savait qu'elle rejoindrait tôt ou tard des missions, retournerait sur d'autres champs de bataille, si on voulait encore bien d'elle et poursuivre son apprentissage, ce dont elle doutait encore beaucoup. Cependant, cela rassurait quelque peu Akane de savoir qu'elle n'était pas la seule à avoir du mal avec le Code et à s'interroger parfois sur sa signification. D'esprit plus terre-à-terre, l'ancienne apprentie était plus sceptique en ce qui concernant les fantômes de Force et la présence après la mort de certains esprits, mais elle ne commenta pas. Dans notre coeur et notre esprit… on le lui avait souvent dit, son ancien mentor compris, ces quelques mots quand elle avait eu du mal à accepter certaines morts parmi ceux de leur camp. Et pourtant, son impatience lui faisait remarquer que ces mots sonnaient creux à son oreille pour le moment, mais elle la repoussa tant bien que mal. Fais la paix avec toi même, médite, réfléchis… si seulement elle le pouvait ! La concentration lui échappait toujours, sa patience lui semblait toujours plus fine de jour en jour ! Ils ne pouvaient pas comprendre, ils n'étaient pas dans ses bottes présentement d'ailleurs… même si certains, rares, faisaient l'effort comme celle lui faisant face d'essayer de la comprendre, de l'approcher, de tenter de converser avec elle. Plus souvent elle les ignorait, ici étrangement elle l'écoutait bon grès mal grès, mais elle l'écoutait. Cela changeait à l'habitude, en tout cas. Elle l'apprécierait presque. Akane finit après un bref silence par reprendre la parole à sa suite, de sa voix posée et mesurée :


- Merci pour votre compréhension, Jedi Greenlight. En ce qui concerne l'après-mort, je ne peux que l'espérer. Après tout, très rares sont les personnes qui ont pu l'expérimenter et nous en attester. Je suppose que je parviendrais à faire mon deuil tôt ou tard… on m'a bien dit que ce n'était qu'une question de temps et de patience…


Elle marqua une brève interruption dans son propos, portant son regard aussi sombre que l'ébène droit dans celui de la Jedi qui conversait présentement avec elle. Elle était honnêtement dubitative qu'elle parviendrait pleinement à compléter son deuil un jour, mais bon, elle n'avait pas grand chose d'autre à faire présentement. Qui voudrait d'elle, maintenant, une coquille humaine instable et complètement brisée de l'intérieur ? Prudente comme toujours, elle compléta d'une voix toujours calme et insondable :


- Il est vrai que je comprends moins le sens du Code, si tant est qu'il y en ait un unique, depuis cette boucherie. Je m'interroge beaucoup sur le bien-fondé de certaines choses… moi-même incluse. Je doute fortement de parvenir à redevenir la personne que j'étais avant cet évènement, déjà que je ne parviens plus à réellement méditer ou utiliser la Force subtilement sans perdre le contrôle, pour être franche avec vous. Je l'ignore, et c'est bien là le problème qui me préoccupe. J'ignore ce qu'il est resté de moi présentement, et je ne sais pas ce quel genre de personne je deviendrai. Il… y a beaucoup de nuages qui voilent mes réflexions.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Quête d'une âme   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Quête d'une âme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rise Of Galaxy :: Galaxie :: Coruscant [République] :: Temple Jedi-
Sauter vers: